Accueil Bons plans Insolites La Pyramide secrète de Rome…

La Pyramide secrète de Rome…

Pyramide de Rome

Rome comporte de très nombreux sites touristiques, lesquels possèdent un attrait historique certain. La Ville éternelle propose également des idées de visite originales, hors des sentiers battus, et qui valent le détour. Parmi ces sites moins fréquentés figurent notamment la Pyramide de Rome, la « Piramide di Caio Cestio » en italien, et le cimetière protestant, qui se trouve à côté. La pyramide est en réalité la tombe d’un préteur romain. Le cimetière protestant (Cimitero dei Protestanti) est l’un des plus célèbres de la capitale. Il se situe juste devant la Pyramide de Cestius, sur la Via Caio, dans le quartier de Testaccio. La Porta San Paolo est également à deux pas. Cet article vous dit tout sur la Pyramide de Rome !

La Pyramide de Rome

En général, on associe plutôt les pyramides à l’Egypte ancienne. Pourtant, une telle construction existe bel et bien à Rome. Du temps de l’empereur romain Auguste, l’Egypte fut intégrée à l’Empire en l’an 30 av. J.-C., devenant une province de celui-ci. L’architecture égyptienne était alors très en vogue dans la métropole, même si les bâtiments ptolémaïques, modernes pour l’époque, étaient bien plus répandus que les constructions classiques des pharaons. Au total, pas moins de quatre pyramides ont été érigées à Rome. La Pyramide de Cestius est la seule à avoir survécu au temps.

Pyramide de Rome

Pyramide de Rome

Construite à Rome entre les années 18 et 12 av. J.-C. par le tribun et préteur romain Gaius Cestius Epulo, la pyramide de Rome devint le tombeau de ce dernier à sa mort. Même si l’on sait peu de choses sur la vie de Cestius, son tombeau fait, lui, partie de l’histoire architecturale de Rome.

Gaius Cestius est mort en l’an 12 av. J.-C. Devant la pyramide se tenaient à l’origine quatre colonnes, deux d’entre elles ont été remises en place par la suite. A partir de 271 apr. J.-C., la construction exotique fut intégrée au mur d’Aurélien.

Au Moyen Âge, la pyramide était aussi appelée « tombeau de Rémus ». Elle était alors l’homologue d’une autre pyramide construite au château Saint-Ange : le « tombeau de Romulus » qui, contrairement à la pyramide Cestus, fut détruit en 1499 pour faciliter l’accès au Vatican.

En 1656, le pape Alexandre VII donna l’ordre de restaurer la pyramide, dont le niveau du sol s’était élevé de plusieurs mètres au fil du temps. C’est pendant ces travaux de restauration que les deux colonnes perdues furent retrouvées.

Pyramide de Rome

Pyramide de Rome

Pyramide de Rome

Pyramide de Rome

Pyramide de Rome

La pyramide porte plusieurs inscriptions. Le nom complet de Gaius Cestius apparaît par exemple à l’intérieur. Une autre inscription indique que le bâtiment fut construit en 330 jours, sous la direction de Pontius Mela. Plus loin, encore une autre, datée de 1663, évoque la restauration du bâtiment.

La pyramide en dates et en chiffres

La pyramide de Rome est bien plus petite que ses célèbres homologues en Egypte. Sa hauteur de 36,4 mètres correspond à environ un quart de celle de la pyramide de Khéops, qui fait 138,75 mètres de haut, et dont la construction fut achevée vers 2580 av. J.-C. Les côtés de la pyramide de Cestius font 29,5 mètres, là où ceux de la pyramide de Khéops mesurent 225 mètres. A l’intérieur de la pyramide romaine, une chambre funéraire de 5,95 mètres de hauteur fait l’objet de visites guidées. Les visiteurs viennent y admirer des fragments de fresques, qui comptent parmi les premières peintures romaines appartenant à ce style.

Juste à côté de la pyramide : le cimetière protestant

Le cimetière non catholique de Rome se situe en face du côté ouest de la pyramide. Il a été créé en 1821 pour les habitants de confession protestante, parmi lesquels figuraient surtout des allemands et des britanniques. Jusqu’à la conquête de Rome par le gouvernement italien en 1870, la ville était sous la souveraineté de l’Etat du Vatican, et donc directement soumise à l’autorité du pape. Jusqu’en 1870, il était interdit aux personnes non catholiques d’être enterrées à Rome ; le cimetière a donc pris ses quartiers derrière les murs de la ville. En outre, les inhumations ne pouvaient avoir lieu que la nuit, car l’Eglise catholique voyait d’un mauvais œil les autres rites religieux qui pouvaient avoir lieu en ville. Elle préférait ainsi les garder secrets.

Cimetière protestant non-catholique de Rome

Cimetière protestant non-catholique de Rome

Aujourd’hui, le cimetière protestant est un site silencieux, dans lequel reposent de nombreux poètes, scientifiques et artistes. Parmi les plus célèbres, les écrivains britanniques John Keats (1795-1821) et Percy Bysshe Shelley (1792-1822) y sont notamment enterrés.

De mon point de vue, le cimetière protestant et la pyramide comptent parmi les plus belles attractions de Rome : un vrai bon plan secret, hors des sentiers battus ! Ces deux sites semblent à première vue moins impressionnants que le Colisée ou le Forum Romain, ils sont pourtant magnifiques ! Sortir de l’agitation urbaine fait beaucoup de bien ; c’est un lieu idéal pour se détendre quelques heures.

Le secret des chats de la pyramide

Si vous vous promenez un peu dans le parc autour de la pyramide, vous tomberez vite sur nos amis à quatre pattes. Ils se prélassent sur les pierres tombales et vagabondent ici et là.

Pyramide de Rome Chats

chats de la pyramide de Rome et du cimetière protestantLa pyramide et le cimetière non catholique sont en effet devenus un refuge pour chats. Quelle est la raison à celà ? Sachez que de nombreux chats se sont également installés dans le quartier de Torre Argentina, où Jules César a été assassiné, et qui compte d’ailleurs un centre spécialisé. Est-ce le silence de la mort qui les attire ? Ou peut-être est-ce la pyramide, qui leur rappelle les terres égyptiennes, où les chats étaient vénérés ?

Quoi qu’il en soit, les chats sont là ! Mais pour éviter les transmissions de bactéries et de maladies, un groupe de volontaires prend les animaux en charge sur le plan médical. Si vous souhaitez faire un petit geste pour ces personnes (et surtout les chats !), vous pouvez faire un don. Une petite boîte prévue à cet effet a été accroché à la clôture autour de la pyramide et du cimetière.

Prix, tarifs et billets

L’accès au parc entourant la pyramide est gratuit.

Il est impossible de visiter l’intérieur de la pyramide seul. Mais des visites guidées ont parfois lieu à l’intérieur, aux 2ème, 3ème et 4ème samedis de chaque mois. L’entrée coûte 5,50 € par adulte + 2 € de frais de réservation. Le site ne semble pas encourager le tourisme de masse et peu de publicité est faite. Infos et réservation par téléphone au +39 06 399 67 700.

Horaires d’ouverture

Le site est accessible tous les jours de la semaine. Les horaires exacts du parc ne sont disponibles nulle part.

L’intérieur de la pyramide ne peut être visité que certains samedis du mois (voir « Tarifs »).

Accès à la pyramide

Pyramide de Rome

La pyramide se trouve au sud du centre-ville de Rome, dans le quartier de Testaccio, à l’adresse suivante : Via Raffaele Persichetti, 00153 Roma. L’entrée est située sur la Piazzale Ostiense.

La pyramide est très facilement accessible en métro. Prenez la ligne B et descendez à la station du même nom « Piramide ».

Sinon, vous pouvez aussi prendre le tram (lignes 3 et 8, arrêt « Porta San Paolo »).

2 Commentaires

  1. Bonjour Roman,
    vous avez un nom prédestiné. 😉 En tout cas, votre blog est très sympathique et utile. Nous préparons notre premier voyage à Rome (en famille) pour l’automne, et cela va bien nous aider. Un grand merci de partager informations et passion romaine avec les internautes.
    Alexia N.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici